Sarah Bourcier

Corps scientifique
Chercheure
Téléphone
+32(0)2 211 79 69
Bureau
B11 (Bâtiment : 38 Botanique - Niveau : 1 (B))

Sarah Bourcier est chercheuse en sciences sociales diplômée d’un master de recherche comparative en sociologie, histoire et anthropologie à l’École des Hautes Études en Sciences sociales (EHESS) de Marseille.

Ses sujets de recherches questionnent le milieu urbain et ses espaces publics. C’est durant sa licence de sciences politiques et sociologie à l’Université Lumière Lyon 2 qu’est né cet attachement pour l’espace urbain qui n’a eu de cesse de se développer durant son parcours. En 2017 elle réalise un échange universitaire à Bogota en Colombie où elle étudie la vente ambulante dans la rue comme pratique d’appropriation et de ressources économiques informelles.

En master elle réalise une enquête ethnographique dans le cadre d’un stage à l’école des Ponts et Chaussées et au sein du laboratoire Eau Environnements et Systèmes urbains (LEESU) sur la pratique du « pipi-sauvage » en ville. C’est à cette époque qu’elle approfondit les liens entre genre et espace public à partir d’une analyse spatiale et temporelle de la pratique de mictions dans l’espace public parisien. C’est en observant l’espace et en questionnant cette pratique qu’elle aborde cette question sous l’angle du corps et du genre, dans le but d’améliorer l’accès des femmes à l’espace public.

Après son master elle a réalisé un service civique au sein d’une radio associative, Radio grenouille, dans le but de travailler la forme entretien, tout en apprenant à maitriser les techniques et les outils d’enregistrement, de création et de montage sonore. Elle développe depuis l’outil radiophonique comme un moyen de mettre à profit ses sujets d’enquête dans un format sensible. Ses dernières créations sonores ont été menées avec des cyclistes femmes.

Depuis 2020 elle s’est formée à la mécanique des cycles et a participé à fonder un atelier vélo associatif à Marseille. Dans ce contexte d’investissement dans le milieu du vélo marseillais, elle commence à mener des recherches sur le genre et le vélo en milieu urbain.

Depuis septembre 2021, Sarah est engagée au sein du projet de recherche FNRS « Genre et esthétique du vélo » en tant qu’assistante de recherche à mi-temps. Ce programme de recherche est porté conjointement par le laboratoire Architecture et Sciences humaines (Sasha) de l’Université libre de Bruxelles et le Centre de recherches et d’interventions sociologiques (CESIR) de l’Université Saint-Louis – Bruxelles en collaboration avec la Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité (STRIGES).

Son rôle au sein du projet est de réaliser une enquête ethnographique de deux ans sur les processus de construction de genre liés aux pratiques, équipements et infrastructures du vélo à Bruxelles.